VOLUBILIS

Haïku de Masaoka Shiki
Impression numérique sur papier japon et ciré
Tirage limité à 22 exemplaire (dont 2 hors commerce)
reliure japonaise, coffret toile, 22,5 x 31,5 cm

2014 - Paris

Motoko Tachikawa est l'une des créatrices de livres d'artiste dont le parcours
est jalonné d'enthousiasmes conviviaux et salutaires.
D'un côté la poésie, comme ce haïku d'un homme de lettres de la fin du XIXe
siècle, de l'autre, le recours à l'anecdote, le plus souvent autobiographique
et dont le développement fait prendre vie au récit.
Ainsi en va-t-il de ces tiges frêles et étonnamment florifères à croissance
rapide, que sont les volubilis, ceux qui entourent l'encadrement des fenêtres
de l'atelier de Garancières.
Les photographies du livre sont réalisées pendant le passage de la pluie à
une éclaircie, une transition tout en nuances ténues qui demandent une
transparence des matières.
L'auteur choisit de cirer un papier japonais très léger, 30 g, qui permet,
comme pour le papier huilé, de jouer des rappels, des symétries aléatoires
entre deux pages tournées progressivement.
L'extrême finesse de ce volume est aussi liée aux autres matériaux: une
couverture en tarlatane bleu marine, une pièce de titre imprimée sur papier
japonais, insérée pour devenir comme un mince grillage.
Les livres de cette praticienne évoquent souvent des fleurs dont elle aime
la force, la polychromie intense : camélias, pivoines, autant d'exemples qui
rappellent la délicatesse de ses observation, délicatesse aussi dans la
suggestion d'éléments biographiques forts, comme des objets familiaux
sources de souvenirs.
Le plaisir se pare ainsi de notations personnelles qui n'empêchent nullement
l'élégance des correspondances texte - image.

Christophe Comentale
in Art & Métiers du livre, N° 308, mai-juin 2015, éditions Faton.